ActuCollègeCulture

Un nouveau regard sur Curie.

Inscription, invitation
photo mme Rey

 « L’être ou le paraître ? » Telle était la question à laquelle les élèves de quatrième A du collège Marie Curie ont été confrontés. Accompagnés par leurs professeurs Madame BENSALEM, Madame REY, Madame DUBOIS-SACHOT, les élèves ont eu l’opportunité de réaliser, en collaboration avec l’artiste William BRUET, un oeil en anamorphose.

Pour la réaliser, encore fallait-il comprendre ce procédé artistique. Aussi, Madame REY, professeure d’arts plastiques, a su expliquer aux élèves l’importance de la perception en art. Pour cause, créer une anamorphose, nécessite d’accepter que l’œuvre ne peut être perçue que si elle est observée à partir d’un point précis. Sans cela, l’œuvre n’est qu’une image déformée.

Madame BENSALEM, quant à elle, a mobilisé les compétences en géométrie de ses élèves afin qu’ils puissent réaliser les calculs nécessaires au bon positionnement de la figure, requérant plus de soixante points, sur les colonnes de l’établissement.

Madame DUBOIS-SACHOT, de son côté, a invité ses élèves à se questionner sur la notion de regard. À partir de ces réflexions, les élèves ont confectionné des phrases qui ont été soumises au vote, puis inscrites sur quelques murets dans la cour de récréation.  

Par l’intermédiaire de ce projet pédagogique, les élèves ont appris à se placer dans la double posture de spectateur et d’artiste. Par conséquent, ils ont pris du

Un point de vue sur l’œuvre, photo Mme Rey
l’anamorphose se révèle photo Mme Rey

plaisir à s’interroger sur la colorimétrie de leur œuvre, mais également, à réfléchir sur le sens du regard, qui peut être à la fois trompeur et évocateur d’une ouverture d’esprit sur le monde. En effet, pour comprendre les autres et se comprendre, encore faut-il être capable de voir et de se voir. Ainsi, en abordant la thématique du regard, les élèves ont appris à prendre la distance nécessaire pour critiquer et apprécier leurs travaux. 

Si « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » selon Rabelais (auteur humaniste du XVIe siècle), alors à l’aube des grandes vacances, je vous invite à vous interroger sur la perception que vous avez de votre année scolaire. Peut-être reviendrez-vous, en septembre, avec des promesses plein la tête et des étoiles dans les yeux.

A.Noullez (stagiaire)

 

photo Mme Rey