Qui dit élevage intensif, dit …..

L’élevage intensif est une forme d’élevage industrialisé qui vise à augmenter fortement le rendement de cette activité, notamment en augmentant la densité d’animaux sur l’exploitation ou en s’affranchissant plus ou moins fortement du milieu environnant.
Autrement dit, plus d’animaux pour un plus grand rendement, dans un espace insuffisant pouvant contribuer à l’épanouissement des animaux pour moins de coût à l’éleveur, et de la nourriture d’une qualité inférieure pour la même raison.
On reconnaît un élevage intensif grâce à 5 critères, tous plus horribles les uns que les autres :
– la sélection des sexes et des espèces les plus productives,
– la concentration des animaux dans des lieux clos,
– l’étroitesse de l’espace par animal et la pauvreté de l’habitat des animaux (absence de paille, de sol à explorer),
– la croissance des animaux accélérée pour améliorer la productivité,
– l’insémination perpétuelle des truies et des vaches pour assurer la continuité du système.

En France, plus d’un milliard d’animaux sont tués en élevage intensif chaque année, mais il ne s’agit pas les chiffres réels. On ne tient pas compte des animaux morts pendant l’élevage, à l’exemple des 950 000 veaux qui décèdent chaque année à l’étable (estimation Oaba d’après un rapport de l’Institut de l’élevage bovin fixant à 12% la mortalité des veaux en France).

Voici un tableau qui contient tous les problèmes que peut développer un animal dans un élevage intensif :

Dans deux élevages sur trois, les animaux sont élevés de façon industrielle, ce qui représente plus de 50 milliards d’animaux chaque année. Ces systèmes d’élevage intensif donnent priorité à la production sur tout le reste, créant ainsi de gigantesques quantités de viande, de lait et d’œufs apparemment bon marché.

Pourtant, le coût de l’élevage intensif est élevé. Les animaux sont traités comme des marchandises et souvent confinés à l’extrême. L’élevage industriel dépend fortement de grandes quantités de ressources précieuses, telles que l’alimentation, l’eau, l’énergie et les médicaments.

De plus, l’élevage intensif est considérée comme la clé pour nourrir la forte population humaine, ce qui n’est que mensonge ! En effet, pour 100 calories de cultures comestibles qui est donné comme nourriture au bétail, nous recevons en retour que 30 calories de viande, de lait ou d’oeuf, ce qui représente une perte de 70% ! Alors que des gens meurent de faim dans le monde, nous préférons continuer à manger beaucoup de viande car il serait « impossible de s ‘en passer ».

L’élevage intensif peut être considéré comme l’ennemi de l’intérêt général car, en plus de détruire la planète, de gâcher la vie de milliards d’animaux, il nous détruit, surtout quand on sait que cela représente 80% de la viande de notre assiette. Le plus grand acheteur de viande venant d’élevage intensif ? Les fast-foods ! à suivre dans un prochain article…

Lucy Julie Océane – 2nde 4
Sources : Animal cross et Greenpeace