La caricature à travers le temps

Avant de parler de son évolution et de son parcours à travers le temps, il faudrait d’abord être sûr de son sens. Par définition, une caricature est une représentation qui, par la déformation, l’exagération de détails, tend à ridiculiser le modèle. Une caricature a souvent pour but de faire réagir le spectateur, souvent par le rire mais parfois, elle engendre une sorte d’indignation, de mécontentement et sert finalement bien souvent à faire réfléchir. 

Ses débuts durant l’Antiquité 

La caricature, forme d’expression artistique, existe depuis la nuit des temps. Durant l’Antiquité, on pouvait observer dans les sociétés grecques puis romaines, des représentations d’hommes politiques au visage disproportionné qui peuvent aujourd’hui être assimilés à la naissance de la caricature. Le nom du caricaturiste grec à retenir est alors Pauson, cité par Aristophane et Aristote (1), on retrouve ses dessins peints sur des vases. 

Continuité au Moyen Age

L’art de la caricature se poursuit ensuite au Moyen-Âge et commence à s’attaquer aux croyances. On peut alors voir sur certaines enluminures des représentations

Roman de Fauvel, Gervais du Bus, France, XIVe siècle
Roman de Fauvel, Gervais du Bus, France, XIVe siècle

caricaturales symbolisant des diables, renards et autres mauvais instincts. Ce n’est qu’à la fin du XIIIe siècle que l’on observe l’apparition de caricatures sous forme de dessin, détachées de tout texte. Déjà à cette époque, les caricaturistes s’en prennent au pouvoir, par exemple, à travers des caricatures représentant Philippe IV le Bel (2) avec une tête d’âne.

Au cours de la Renaissance …

Au cours du XVIème siècle, les caricature se popularisent et continuent à être diffusées grâce au développement de l’imprimerie. François Ier autorise la caricature et sa diffusion mais cela finit par le déranger et c’est en 1520 que les premières censures de caricatures ont lieu. Les rois suivants vont alors suivre la même ligne de conduite et certains comme Henri IV feront même détruire toutes les caricatures contre son règne.

Vient alors le XVIIème siècle, époque où la liberté d’expression en France à une place plus que limitée. Les caricatures se font alors de plus en plus discrètes et anonymes, notamment au début de l’Ancien régime (3). En effet,  à cette époque, les monarques français affirment de plus en plus leur pouvoir royal et personnel, ce qui restreint les libertés individuelles notamment la liberté d’expression. Alors, les caricatures politiques sont produites davantage anonymement, sous formes de feuilles volantes transportées par des colporteurs, sans autorisation et pouvant être saisies à tout moment. On raconte même que sous Louis XIV(4), un dessinateur aurait été brûlé vif sous ordre du roi à cause d’une caricature l’évoquant avec ses maîtresses. On comprend donc pourquoi les caricaturistes de cette époque préfèrent ne pas se faire remarquer en restant discrets et anonymes…

Lumières et Révolution, ou l’essor de la caricature

Le XVIIIe siècle aussi appelé “siècle des Lumières” apporte une vague d’idées nouvelles et révolutionnaires sur l’Europe, ainsi, tous les artistes (écrivains, peintres etc..) luttent pour la liberté d’expression. Les mentalités ayant évolué, la caricature est en plein essor et a alors beaucoup de succès. Parmi les œuvres très connues de cette époque, on retrouve celle du tiers-état, supportant le clergé et la noblesse, représenté par un paysan, portant difficilement sur son dos un noble et homme religieux. Ce dessin représente (par l’illustration du sens figuré) l’inégalité entre les classes sociales présente à cette époque, mais ce sujet est aussi souvent traité dans des textes satiriques (5). Cependant, la censure établie par la monarchie est toujours présente. Le roi ne peut donc être visé et le clergé devient alors une des cibles favorites des artistes. 

Mais, un dernier événement vient renverser la situation en juin 1791, la fuite et l’arrestation de Louis XVI (6). S’en suit à ce moment là, un déferlement d’images moqueuses envers le roi, montré tel un homme faible, gros et surtout incapable de gérer un pays convenablement.

Pendant la Révolution, la caricature demeure tout aussi présente et importante car elle joue un rôle d’information mais devient également une sorte de propagande, ayant parfois pour but d’inciter la population à se rebeller.

XIXe et XXe siècles

A partir du couronnement de l’empereur Napoléon Ier en 1804, la presse est de nouveau censurée. Aucune critique ou caricatures, mettant en scène le nouveau dirigeant français ou ses actions ne sont tolérées.  On sait toutefois que la caricature anti-napoléonienne se développe  dans les pays opposés à sa politique,  le principal étant l’Angleterre.

De 1830 à 1835, La Monarchie de Juillet(7), tente de maîtriser les mouvements de la rue et les contestations politiques. Son principal ennemi est donc la presse qui profite alors des toutes nouvelles libérées qu’on lui accorde grâce à l’article stipulé dans la Charte de 1830 : « Le droit des Français de publier et de faire imprimer leurs opinions en se conformant aux lois ». On observe alors la même année l’apparition d’un journal nommé “La Caricature”, qui publie alors ses premières feuilles : c’est un franc succès, si bien qu’on dénombre près de 250 numéros en 5 ans . On trouvera un peu plus tard un second journal nommé Le Charivari, qui publiera les fameuses caricatures “tête en poires » de Louis-Philippe (8), le monarque de l’époque.

Par la suite, la caricature fut plus ou moins présente selon la place de la liberté d’expression en France ainsi qu’au rétablissement provisoire de la censure. Que ce soit au cours du Second Empire (9) ou du XXe siècle traversé par les deux guerres mondiales, la caricature reste très appréciée et les idées passées à travers ces simples dessins font écho dans toutes les mentalités. Cela favorise alors la diffusion des différentes idées et critiques sur des sujets politiques sociaux ou religieux qui amène petit à petit la liberté d’expression à une place de plus en plus importante en France 

Et aujourd’hui ? Ce qu’on en conclut …

De nos jours, la société dans laquelle nous vivons permet de continuer à faire vivre une multitude de caricatures en tout genre, et sous différentes formes (dessins, textes, programmes télévisés..). Les principaux journaux satiriques de notre époque sont “Charlie Hebdo”, “Le Canard Enchaîné » et « Siné mensuel” et il regroupent de nombreuses caricatures aussi bien sur des sujets politiques, religieux que sociaux, visant comme autrefois, à faire réfléchir, réagir, diffuser ds idée et créer des débats : il caractérise alors très bien le principe de liberté d’expression, selon lequel tout individu est libre d’exprimer sa pensée ses convictions, quelles qu’elles soient (dans la limit qu’elles ne nuisent pas à autrui)  

On remarque alors que la caricature est en réalité un art qui à une dimension contextuelle très importante. En effet, chaque caricature est à replacer dans son contexte historique, politique, social ou religieux pour être comprise et interprétée d’une bonne manière. 

On conclura cet article en disant que la caricature est un art et un moyen d’expression qui existe depuis la nuit des temps et subsistera sûrement encore longtemps.

(1) Personnages connus de la Grèce antique des V-IVème siècles avant notre ère, Aristophane était un auteur de pièces de théâtre tandis qu’Aristote était lui un grand philosophe.

(2) Philippe VI le Bel, aussi appelé “Le roi de fer”, est le onzième roi de la dynastie des Capétiens entre 1285 et 1314. Démarqué par sa personnalité rigide et sévère, il est considéré comme le premier souverain “moderne” de cette époque.

(3) Ancien régime : période historique situé entre XVIe siècle et l’établissement de la république après la révolution française, ou le mode de gouvernement politique est basé sur la monarchie

(4) Louis XIV, aussi dit “Louis Le Grand” ou “Le roi-soleil”, devient le 64e roi de France en 1643, à l’age de 5 ans et reste au pouvoir durant 72 ans (le plus long règne de France)

(5) satirique : forme artistique ou littéraire qui se sert de l’humour pour dénoncer certaines choses.

(6) Louis XVI est le dernier roi au pouvoir avant le révolution française (1775-1792), d’idéologie peu moderniste il meurt décapité.

(7) Monarchie de juillet : régime politique français de 1830 à 1848 

(8)Louis Philippe est le dernier roi français, il règne entre 1830 et 1848 après avoir pris le pouvoir dans un climat d’instabilité politique.

(9) Second empire : régime politique de 1851 à 1870

BIBLIOGRAPHIE

  • amopa66.fr
  • linternaute.fr
  • Franceinter.fr
  • tpecaricatures.canalblog.com

AUTEURS : Lucie , Agathe , Zoé , Florian -2°12