ArticlesClub Antarctique

L’Antarctique : mythes et spéculations

L’Antarctique est un continent mystérieux, le dernier à avoir été découvert par l’Homme et le moins fréquenté également. Cela est dû aux fortes contraintes sur ce continent, notamment liées à la température glaciale qui y règne. La méconnaissance de cet espace a donc été à l’origine de nombreux mythes et de nombreuses spéculations.

Fig.1 : Représentation de la baleine, selon le docteur Wilson présent sur le Discovery.

Créatures et monstres marins

 

Les régions polaires ont fait l’objet de nombreuses conquêtes et explorations. Il est probable que certains navigateurs, soucieux de préserver le secret de leurs voies maritimes, soient les auteurs de plusieurs mythes autour des monstres marins. Ou tout du moins, qu’ils aient considérablement amplifié le caractère terrifiant de certaines espèces géantes. Parmi elles, une mythique baleine a souvent été évoquée dans le récit de nombreux explorateurs. Cette baleine, décrite comme possédant une nageoire dorsale longue et pointue a été signalée pour la première fois en 1902 par le Discovery, la première expédition britannique en Antarctique (fig.1).

Parmi les autres créatures légendaires de l’Antarctique nous retrouvons le Ningen. Le Ningen, signifiant humain en Japonais est un cryptide géant né du récit de pêcheurs Japonais l’ayant, selon leur dire, reconnu dans les eaux australes. Créature humanoïde marine, elle serait immense (jusqu’à 30 mètres), aurait 5 doigts, une queue rappelant celle des sirènes, vivrait de nuit (d’où la difficulté à l’observer) et serait d’un blanc immaculé (fig.2).

Fig.2 : Le Ningen

 

 

 

 

 

 

 

Le mythe du royaume d’Agartha

Fig.3 : Le Edmund Halley présente sa théorie de la terre creuse

À la fin des années 80, une équipe de scientifiques soviétiques découvre un lac d’eau douce subglaciaire immense, de 200 km de long sur 50 de large, à près de 4 000 m en dessous de la surface de la glace. Il se situe juste en dessous de la station aujourd’hui russe de Vostok dont il prendra le nom.
La découverte du Lac de Vostok ravivera d’anciennes croyances autour de l’existence de mondes souterrains, idylliques, souvent habités par des êtres supérieurs. En tête de ces croyances, la théorie de la Terre creuse originellement émise par Edmund Halley en 1692. Elle suppose qu’un noyau central existerait au centre de la terre, au-dessus duquel deux anneaux concentriques emprisonneraient des couches atmosphériques internes. Entre autres lieux sur le globe, l’Antarctique et le pôle Nord aurait été désignés comme les portes d’entrée merveilleuses d’un royaume secret, connu sous le nom

d’Agartha.

Le royaume d’Agartha est décrit par les gens qui y croient comme un monde idéal, dépositaire de connaissances ou de pouvoirs surnaturels. Agartha serait un monde souterrain où la violence n’existe pas et où la paix règne partout.

L’Antarctique, une barrière de glace pour les platistes

Fig.4 : La barrière de glace australe des platistes

Pour les platistes (les personnes croyant que la terre est plate), l’Antarctique constituerait une barrière de glace empêchant l’eau de tomber dans l’espace (fig.4). Cette barrière de glace serait également, selon ces croyances, l’entrée de la fin du monde. Les platistes devaient d’ailleurs mener une expédition en 2020 pour prouver au monde entier l’existence de cette barrière, mais elle a été annulée à cause du covid…

 

Cela n’est qu’une liste non exhaustive des croyances autour de l’Antarctique, nous aurions également pu citer le mythe de la cascade de sang, du volcan qui crache de l’or, mais aussi d’autres croyances mettant en avant le fait que l’Antarctique cache des bases nazies ou extraterrestres.

 

Un article de Noé, élève de Terminale, HGGSP