Synthèse : Le régime végétarien

    Que ce soit pour une question d’éthique ou de nécessité écologique, de plus en plus de personnes choisissent de réduire leur consommation de viande, ou d’adopter un régime végétarien ou vegan. Une loi est récemment passée, obligeant toutes les cantines de France à faire au moins un repas végétarien, mais de nombreuses questions se posent : Qu’est ce que c’est réellement le végétarianisme ? Y a -t-il un risque de danger pour la santé ? Est-ce que changer de régime alimentaire peut vraiment aider la planète ?

Le végétarianisme, C’est quoi ?
    Selon l’encyclopédie Larousse, le végétarianisme est un régime alimentaire qui exclue toute la chair animale. Mais il ne faut pas le confondre avec le veganisme qui est un mode de vie alliant une alimentation végétarienne et le refus de consommation de tous les produits issus des animaux, de leur exploitation testés sur eux. On a effectivement tous grandi dans l’idée qu’il y a des protéines uniquement dans la viande et le poisson, mais c’est faux, on trouve des protéines dans quasiment tous les aliments mais en faible quantité. On en trouve en grande quantité en particulier dans les légumineuses, les céréales et les oléagineux, il n’y a donc aucun risque de carences en protéines. Ce régime peut même être bénéfique pour la santé car d’après une simulation de l’université d’Oxford, il réduirait les maladies cardiovasculaires, le diabète et les cancers.

L’alimentation et la planète
    En arrêtant de consommer de la viande, on ne brise pas une chaîne alimentaire, comme on pourrait le penser car l’Homme est en fait au même niveau que l’anchois dans celle-ci. Mais on réalise une véritable action écologique. En effet, la viande représente 70 % des gaz à effets de serre liés à notre alimentation, 70 % des terres agricoles sont pour les animaux. Il faut ajouter à cela, pour produire 1 kg de viande, la consommation de 7 à 12 kg de céréales, elles-mêmes fortement consommatrices en eau et en terres et entraînant la déforestation et une surutilisation de nos ressources.

Et les animaux, dans tout ça ?
    En plus de tout cela, une question d’éthique se pose depuis des siècles maintenant, elle a été posée par plusieurs philosophes et écrivains, comme Pythagore, Victor Hugo ou encore Marguerite Yourcenar. Les animaux sont à nos yeux, depuis des années considérés comme des marchandises que l’on maltraite alors qu’ils sont capables de nous faire confiance. Le statut des animaux est une grande question de société, on se demande s’ils doivent avoir le même statut que nous, si l’on doit atténuer leur consommation et leur traitement ou encore ne rien changer. Et plus le temps passe, plus l’on veut manger de la viande, et plus l’agriculture de masse augmente : en France, aujourd’hui, 83 % des 800 millions de poulets sont élevés sans lumière du jour et 95 % des 25 millions de cochons sont élevés en bâtiments.

    Doit-on changer quelque chose pour la condition animale ou pas ? Dans tous les cas, il est temps d’y réfléchir .

Les infos sont tirées du journal « Le Monde » et d’une interview d’Aurélie, la co-fondatrice du compte « Paye ton cliché vegan » par Brut.

Julie D. (4ieme)