la ville et sa pollution liée aux transports

Transports polluants, Transports propres

Les transports sont les premiers contributeurs avec environ 31 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Dans le projet de loi « Climat et Résilience », les transports sont concernés dans plus d’une dizaine d’articles, comme l’interdiction de la vente de plusieurs voitures polluantes à partir de 2030.

Il existe deux types de transport : les transports polluants qui dégradent l’écosystème, la biodiversité etc… les transports propres qui ne polluent pas ou presque. Il est important d’utiliser les transports propres et pas les polluants parce que sinon la Terre va se détruire et notre Santé aussi et il faut pas se dire que quelqu’un le fera à ma place parce que si on se dit tous cela on ne va pas avancer.

Polluants Principaux risques pour la santé
Ammoniac > L’exposition à de très fortes concentrations provoque des irritations, voire des brûlures oculaires et respiratoires
Dioxyde de Soufre > Irritations des voies respiratoires (toux, gêne respiratoire, asthme)
Hydrocarbures et composés volatils > Irritations, difficultés respiratoires, nuisances olfactives fréquentes
> Le benzène est classé cancérigène pour l’Homme
Oxydes d’azote > A court terme, irritations et aggravations de maladies respiratoires (asthme)
> A long terme, développement de maladies respiratoires ou cardiovasculaires, faible poids du nourrisson et risque accru de décès
Ozone > Gêne respiratoire, toux, irritations des yeux, crises d’asthme, apparition de maladies respiratoires
Particules ou matières particulaires > A long terme, développement de cancers (poumon, vessie), maladies cardiovasculaires et respiratoires, atteinte du développement neurologique de l’enfant, diabète, …

Depuis 2013, les particules de l’air extérieur sont classées comme cancérigènes pour l’Homme par le centre international de recherche sur le cancer (CIRC). La toxicité de ces particules provenant à la fois de leur composition et de leur taille. Plus les particules sont fines, plus elles sont capables de pénétrer profondément dans l’organisme et de passer par la circulation sanguine vers d’autres organes.

Un grand nombre de polluants sont émis à proximité des infrastructures routières, et proviennent non seulement des émissions à l’échappement des véhicules mais aussi d’autres sources telles que l’usure des pneus et des freins, les technologies de climatisation du véhicule etc.…

En 2012, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), a classé les effluents d’échappement des moteurs diesel (véhicules, bateaux, trains, engins de chantier,…) comme cancérogènes pour l’Homme. Actuellement, les effluents d’échappement des moteurs à essence sont « peut-être cancérogènes » pour l’Homme (Groupe 2B). Les moteurs diesel sont également la source majeure de dioxyde d’azote (NO2), substance fortement irritante des voies respiratoires.

A noter qu’outre la pollution de l’air générée à l’extérieur des véhicules, il existe une pollution dans l’habitacle des véhicules à laquelle sont exposés les conducteurs et les passagers

7 moyens de transports propres pour se déplacer en ville ou autre :

les tramways

les vélos, rollers, trottinettes

le covoiturage

l’autopartage   (Zipcar, StreetCar, GoGet, Mobizen etc…)

le VLS, vélo libre service

le vélo taxis  (comme ceux situées place Massena )

la voiture électrique ou hybride

Si depuis 20 ans, la pollution industrielle a considérablement diminué, on parle de 45 à 65%  la pollution atmosphérique due aux transports, elle, n’a fait qu’augmenter. En ville, la situation devient plus que sensible, avec des pics de pollution de plus en plus fréquents. Les embouteillages contribuent ainsi pour 75% à la pollution photochimique et pour 40% aux retombées acides.

Energies renouvelables, Energies non renouvelables (fossiles)

Les énergies renouvelables se distinguent par leur caractère inépuisable, comme l’énergie solaire. Une énergie propre produira peu ou pas de polluants, mais ne sera pas nécessairement renouvelable.

Quelles sont les sources d’énergies renouvelables ?
  • L’énergie solaire.
  • L’énergie éolienne.
  • L’énergie hydraulique.
  • La biomasse.
  • La géothermie.

Quels sont les avantages et inconvénients des énergies renouvelables ?

Même si les énergies renouvelables produisent moins de pollution que les énergies fossiles, elles sont encore loin d’être propres. Par exemple, les panneaux solaires produisent 10 fois moins de CO2 que le gaz et 20 fois moins que le charbon ou le pétrole et ses dérivés.

Quelles sont les sources d’énergies non renouvelables ?

les énergies fossiles :

  • le charbon qui provient du bois.
  • le pétrole et le gaz naturel.
  • l’énergie nucléaire.

Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies non renouvelables ?

Les énergies fossiles ont divers avantages et inconvénients selon leur nature : Le charbon à l’avantage d’être assez bien réparti sur la planète et se trouve en très grande quantité. Parmi ces principaux inconvénients, il y a son coût d’exploitation très élevé et la pollution qu’il génère.

Selon l’article 1 de la loi de transition énergétique, les énergies renouvelables devront représenter en 2030 : – 40 % de la production d’électricité ; – 38 % de la consommation finale de chaleur ; – 15 % de la consommation finale de carburant ; – 10 % de la consommation de gaz.

 

 

La gestion des villes

La gestion urbaine de proximité est l’ensemble des actes qui contribuent au bon fonctionnement d’un quartier et à la qualité de la vie urbaine.

Qu’est-ce que la politique de la ville ?

La politique de la ville porte deux ambitions fortes : la réduction des écarts de développement entre les quartiers défavorisés et leurs unités urbaines et l’amélioration des conditions de vie de leurs habitants, en luttant notamment contre toute forme de discrimination.

Le service de la Gestion Urbaine de Proximité (G.U.P.) est un service municipal qui coordonne l’ensemble des actions réalisées pour améliorer la vie quotidienne des habitants dans leur quartier, ainsi que la relation entre les habitants et les acteurs publics.

Il y a aussi des animateurs qui vont dans les quartiers sensibles de la ville pour proposer des activité aux plus jeunes, pour leur faire oublier les activités dangereuses de la banlieue, comme la vente de drogue, les guerres de gang etc…

La volonté de donner corps opérationnellement à la gestion urbaine de proximité résulte notamment de la prise de conscience que certaines démarches de projet urbain basées
en priorité sur l’amélioration du bâti avaient montré leurs limites.
Les objectifs qui découlent de cette détermination, se fondent sur une amélioration de la gestion des services et des équipements devant permettre :
– d’améliorer la qualité de vie des habitants dans leurs quartiers,
– de rehausser l’image de ces quartiers,
– de développer les pratiques liées à la protection de l’environnement,

La loi Lamy du 21 février 2014, du nom du ministre délégué de la Ville, François Lamy, est la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine. Elle met en œuvre une réforme du cadre de la politique de la ville pour concentrer les moyens vers les territoires les plus en difficulté.

La gestion des villes est un sujet dure à expliquer et à comprendre mais pour faire plus simple, la gestion des villes est la chose prioritaire parce que c’est celle qui s’occupe des papiers officiels , de la scolarité, de l’équipement de la ville, des lieux culturels et pleins d’autres choses.

Auteurs : Ilyass et Sofiane, 2nde 12