EducationPolitiqueSociété

INTERVIEW : Le salaire des professeurs en France, une rémunération insuffisante

Angle : Le salaire des professeurs en France est-il suffisant ?

Message essentiel :  Alors que le métier d’enseignant est frappé par une crise d’attractivité, le salaire est-il à mettre en cause ?

Le salaire des enseignants n’a pas été augmenté depuis 40 ans, ce qui a entraîné une crise d’attractivité pour la profession, avec de moins en moins d’étudiants se présentant aux concours. Les enseignants réclament des augmentations de salaire. Selon une étude diffusée sur TF1 info, le salaire des professeurs débutants est passé de 2,2 fois le SMIC en 1980 à seulement 1,2 fois le SMIC aujourd’hui. Comparativement, le salaire moyen d’un enseignant français en début de carrière est de 2000 euros nets par mois, tandis qu’un enseignant allemand peut percevoir jusqu’à 4000 euros nets par mois dans la même période. Les raisons de la mobilisation des professeurs sont diverses, allant des conditions de travail à la rémunération en passant par la réforme du collège ou des lycées professionnels.
Demain (mardi 19 mars), les enseignants sont donc appelés à faire grève.
Julie Bagge, professeure de philosophie et représentante du SNES (Syndicat national des enseignements de second degré) nous livre ses réflexions sur le salaire des enseignants.

Entrons dans le vif du sujet tout de suite, les professeurs français sont-ils assez bien payés ?

Non ! Nous ne sommes pas assez bien payés, c’est pour cela qu’on fait grève, pour réclamer des salaires qui soit un peu plus représentatif de notre niveau de recrutement, car rappelons-le, nous sommes recrutés à bac+5 !

D’après l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), en 1980 le salaire en début de carrière d’un enseignant valait 2,2 fois le smic actuel. Aujourd’hui, le salaire en début de carrière vaut 1,2 fois le smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance). En 40 ans, le salaire a perdu près de la moitié de sa valeur.

Comment le salaire des enseignants influence-t-il leur motivation, leur engagement en salle de classe ?

Le salaire influence effectivement la motivation et l’engagement, il y a un manque d’attractivité dû au salaire (1800 euros pour un débutant), on parle de déclassement social. Il y a aussi un manque de reconnaissance doublé d’un sentiment d’humiliation. Certaines disciplines comme les mathématiques ont par exemple recruté seulement 793 professeurs pour 1040 postes ouverts au Capes.

Pouvez-vous situer le salaire des enseignants français par rapport à celui des autres pays européens ?

Le salaire des enseignants français est inférieur à celui d’autres pays européens comme l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne ou bien encore le Portugal. Le ministère préfère proposer une augmentation de la charge de travail plutôt qu’une augmentation salariale*. En moyenne 42h de travail par semaine sont imposées aux enseignants. Le système de rémunération est basé sur un indice qui augmente avec l’ancienneté.

*Depuis la rentrée 2023, la mise en œuvre du Pacte se traduit par un dispositif indemnitaire instaurant une part fonctionnelle de l’indemnité de suivi et d’orientation des élèves (ISOE) et de l’indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE) correspondant à l’exercice de missions complémentaires. Bulletin officiel.

Les enseignants français sont soit certifiés, soit agrégés, est-ce juste d’avoir deux salaires différents pour un même métier ?

En terme juridique c’est juste puisqu’un agrégé a un an de plus d’étude*, passe un concours qui est plus difficile avec moins de postes, donc cela explique historiquement pourquoi il gagne plus.

Après, d’un point de vue moral, est-ce que c’est juste qu’un pilote d’avion gagne dix fois plus qu’un chauffeur de bus sachant qu’il y a quand même moins d’accidents en avion que d’accidents en bus et donc il a autant de responsabilités ? Après, cela est mis en relation avec le niveau des diplômes. En France, plus vous êtes diplômé plus vous gagnez.

*En 2010, la réforme de la mastérisation est adoptée. Elle entraîne l’augmentation du niveau de qualification des enseignants qui seront désormais recrutés en Bac+5 au lieu de Bac+3. Les agrégés étaient recrutés à Bac+4. Aujourd’hui un professeur agrégé est un fonctionnaire de l’État qui a été recruté par le concours de l’agrégation de l’enseignement secondaire. Il donne des cours principalement dans les lycées, les classes préparatoires, ou encore les classes de BTS (Brevet de technicien supérieur). Ses missions sont similaires à celles d’un professeur certifié, c’est-à-dire titulaire du CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) : enseigner, participer au suivi individuel des élèves et les évaluer… Comme tous ses collègues, il assiste aux réunions pédagogiques, aux conseils de classe et aux rendez-vous avec les parents. Il s’adresse aux titulaires d’un master ou de son équivalent.

Les enseignants sont des fonctionnaires de catégorie A, ont-ils le même salaire que les ceux qui ont des qualifications similaires ?

Nous les enseignants, nous sommes les fonctionnaires de catégorie A les moins payés, bien que nous ayons la même qualification que les autres professions de catégorie A*.

*Dans la Fonction publique, les emplois sont classés en 3 catégories (A, B et C), auxquelles correspond un niveau hiérarchique et de rémunération. C’est le niveau de diplôme requis pour accéder aux concours externes d’accès à ces emplois qui détermine leur catégorie.
Les catégories A, B et C correspondent aux 3 principaux niveaux hiérarchiques et de rémunération, du plus élevé au moins élevé : les agents de catégorie A ont des responsabilités et une rémunération supérieure à celles des agents de catégorie B, qui ont eux-mêmes des responsabilités et une rémunération supérieures à celles des agents de catégorie C.
La catégorie A, B ou C d’un emploi de la Fonction publique est déterminée par le niveau de diplôme requis pour le concours externe qui permet d’y accéder.
Un candidat ou un agent peut toutefois accéder à une catégorie supérieure à son niveau de diplôme par différents moyens. Source : service publique.fr

Existe- t-il un traitement différent des salaires hommes femmes ?

Oui ! Il y a toujours un traitement différent des salaires entre les hommes et les femmes, car malgré le système d’indice, les femmes sont moins bien payées. Cela est dû aux temps partiels, à la disponibilité pour suivre le conjoint, elles ont moins d’heures supplémentaires et moins de primes.

Quelles sont vos suggestions pour améliorer le salaire des enseignants et rendre la profession plus agréable pour les futurs enseignants ?

Nous les fonctionnaires, nous avons un statut, ce n’est pas un contrat. La différence est la suivante : lorsque vous rentrez dans l’éducation nationale ou que vous êtes fonctionnaire, vous n’avez pas à négocier votre salaire. Cela est tout à fait différent des entreprises. En effet, dans les entreprises, vous avez un contrat avec le patron qui va vous attribuer un salaire. Et puis chaque année vous allez éventuellement négocier afin d’avoir une augmentation salariale. En tant que fonctionnaire, il n’y a pas de rapport de subordination avec l’employeur. C’est-à-dire que quoi que l’on fasse à partir du moment où l’on respecte les règles, on va être payés avec un indice qui va augmenter au cours des années. Ce qu’il faudrait, ce serait que cet indice augmente et passe de 4 euros à 6 euros. Cela ferait augmenter le salaire des fonctionnaires.