Le 1er RCA

Le 1er RCA (régiment de chasseurs d’Afrique) est un régiment de cavalerie de l’armée française, actuellement basé au camp de Canjuers où il contribue à la formation de l’armée blindée de cavalerie.

Après la prise d’Alger en juillet 1830, le retour d’une partie des effectifs du corps expéditionnaire conduisit à la formation de l’Armée d’Afrique, formée à la base de supplétifs et d’unités française spécialisées, tenant garnison permanente en Algérie.

Le 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique est créé à Alger par ordonnance royale, le 17 novembre 1831. Le 12 janvier 1964, le 1er RCA quitte définitivement le sol africain. Il est dissous et son personnel part former avec le 6e Dragons, un régiment de reconnaissance de Corps d’Armée à Besançon.

Le 1er RCA est recréé en 1997 par le président Jacques Chirac, qui avait lui-même servi dans cette unité.  A partir du 1er janvier 1998 à Canjuers, il reprend les missions de formation, de perfectionnement et de contrôle. Le 10 février 1998, le colonel Collot d’Escury recevait officiellement l’étendard du 1erRCA.

Le 1er RCA a participé à beaucoup de guerres et s’est déplacé sur de nombreux territoires différents tels que l’Algérie (1831-1854), la guerre Franco-Prussienne (1870-1871), la Campagne de Crimée (1854-1856), la Campagne d’Italie (1859), l’Expédition de Syrie (1860-1861), la Campagne du Mexique (1862-1867), la Première Guerre Mondiale (1914-1918), l’entre-deux-guerre (1919-1939), la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945), où il se distingue par la libération surprise de Montbéliard en novembre 1944 et la guerre d’Algérie (1954-1962).

L’insigne du régiment

La devise de l’unité, inscrite en latin, est « Ubique Primus », qui se traduit par « Partout premier ».

La couronne d’engrenage et l’encolure du cheval en forme de denture évoquent la motorisation du régiment. Quant au cheval à bascule, il évoque les traditions cavalières des Chasseurs d’Afrique.

Les roulettes du cheval rappellent les véhicules à roues en dotation au régiment. La roue arrière du cheval tournée vers le haut, est une allusion au fait que les cavaliers de tradition acceptent mal la motorisation.

Auteurs: Léa et Lauréna

Source : fascicule interne du 1er RCA sur son historique