La vis d’Archimède

En mécanique Archimède invente la vis sans fin dites vis d’Archimède, ainsi que le levier et les roues dentées. Il énonce le fameux théorème qui porte son nom et qui reste associé à la célèbre exclamation « Eureka » (« j’ai trouvé »).

La vis d’Archimède, parfois aussi nommée escargot est un dispositif qu’Archimède aurait mis au point lors d’un voyage en Egypte, permettant aux habitants des bords du Nil d’irriguer leurs terrains. Certains auteurs ont suggéré qu’il était déjà en usage en Assyrie 350 ans avant, notamment pour alimenter en eau les jardins suspendus de Babylone. Léonard de Vinci s’en est inspiré pour sa vis aérienne.

Bien que proche des vis de fixation par le nom et l’apparence, son mode de fonctionnement la classe dans la famille des hélices. Il faut distinguer la vis d’Archimède d’origine, qui est un système de pompage de liquide, et les systèmes ayant un rotor qui permettent de transférer des solides ou d’impulser un mouvement à un liquide.

Le premier type de vis d’Archimède est une machine élévatoire fonctionnant à pression atmosphérique. Elle est encore utilisée dans de nombreuses applications un peu partout dans le monde, pour déplacer (généralement en les hissant) des liquides (pompage d’eau souterraine) ou de matières en poudre ou en grain (silos).

Fabien Fabio Eddy Yann, 2nde4