Reportage : Nice au patrimoine mondial de l’UNESCO, et maintenant…

Le 27 juin 2021, 522 hectares de la ville de Nice sont rentrés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, nommée Ville de la Villégiature d’hiver de la Riviera. Cette nomination apporte une visibilité internationale pour une grande partie de la ville. Selon le site de l’Unesco consulté le 21 mars 2022 (https://patrimoinemondial.nice.fr/files/Dossier_Presentation_Nice%20PMondial_2021.pdf), cette zone regroupe les quartiers du Vieux Nice, du centre-ville et de la Promenade des Anglais jusqu’au Cap de Nice. Cette nomination a pour but de redynamiser le commerce de la ville. Elle devait également apporter une visibilité aux commerces de la ville. Mais les objectifs attendus ont-ils été atteints ? Nous nous sommes rendus chez divers commerçants pour recueillir leur avis.

Les marchands interrogés dans le Vieux Nice n’étaient pas tous convaincus par les mises en œuvre de la métropole depuis juin 2021. Le premier commerce visité, Angea les Macarons, rue de la Poissonnerie, a remarqué une affluence accrue, mais ne pense pas que se soit lié à l’UNESCO. Mme Carletto, la gérante du magasin, a en effet reçu plus d’Américains et d’Allemands qu’auparavant, mais n’ayant pas la vision des touristes étrangers, plus de temps lui sera nécessaire pour voir l’évolution dans le quartier. Elle pense tout de même que les rénovations des monuments du Vieux Nice qui ont été déployés suite à l’inscription au Patrimoine Mondial de l’Unesco amèneront plus de touristes. Il faudra de plus attendre que l’aéroport reprenne un fonctionnement normal.

Le second magasin où nous nous sommes rendus était un magasin religieux, de mode et de bijoux, Poke, situé à la rue de la Préfecture. Madame LeDresseur nous a confié ne pas vraiment s’être rendu compte des possibles changements induits par le classement à l’Unesco. Selon elle, les personnes sont occupées par d’autres sujets comme le virus, les élections présidentielles et les évènements horribles qui arrivent dans le monde.

Le dernier commerçant interrogé, M. Ciccia, nous expliquait que pour sa maroquinerie, Ponte Vecchio, située 2 rue Mascoinat, la période était difficile avec le Covid, mais espère une prochaine reprise de l’activité.

Malgré les grandes attentes du projet, les objectifs n’ont pour le moment pas encore été atteint à toutes les échelles, un an après l’entrée de Nice dans le Patrimoine mondial de l’Unesco.

©Melody F, Lorenzo B., LP Vauban