A la UneSport

Portrait: Sans bras ni jambes mais champion de natation!

Sans bras ni jambes mais champion de natation!

dans l’eau je suis comme tout le monde, je me sens libre

A la rencontre de Théo Curin, un nageur doté d’un talent incroyable

 

Théo Curin, né le 20 avril à Nancy, est le premier athlète handisport à boucler les 57 km de la mythique course en eau libre de Santa Fe. Ce nageur en inspire plus d’un, comme Michel Arkhangelsky, un adolescent russe de 17 ans scolarisé à  don bosco, notre lycée, et champion de natation lui aussi. « Pas de bras, pas de jambe, il a traversé des fleuves et des pays. » explique Michel, « il nous pousse aux défis, à nous surpasser. Les records sont faits pour être battus. » s’exclame-t-il.

Faire de sa différence une force :

A l’âge de 6 ans Théo contracte une méningite bactérienne, doublé d’un purpura fulminans.

Cette maladie a pour conséquence que son sang ne coagule plus.

Un seul choix lui est alors possible pour survivre, celui de lui amputer les quatre membres.

Après son opération, il est resté deux mois dans le coma, suivis de 5 à 6 mois d’hospitalisation et deux ans de rééducation.

Au départ, notre jeune nageur avait peur de l’eau, mais il vu Philippe Croizon traverser la manche sans ses quatre membres. Ce défi le motive à faire de même.

A 16 ans, il s’entraîne pour les jeux paralympiques de Rio : il finit quatrième au 200m nage libre.

Il déclare alors : « dans l’eau je suis comme tout le monde, je me sens libre ».

Il commence alors à pratiquer la natation à haut niveau.

En 2020 il participe aux IRON MAN aux Sables d’Olonne.

Ensuite, en 2021, il traverse le lac Titicaca à la nage, en totale autonomie.

 Regardez, j’ai plus mes mains ni mes pieds, mais je suis capable de faire du sport de haut niveau, d’avoir le permis, d’aller en cours. J’ai envie de montrer aux gens que je suis humain, on doit être traité comme des humains et être récompensé comme n’importe qui. C’est un de mes rêves, qu’un jour, les gens puissent suivre des athlètes handisports autant qu’un athlète valide                           Théo Curin

 

M.D, L.S et E.F