A la UneSociété

REPORTAGE: LES VIOLENCE FAITES AUX FEMMES

Une femme de 34 ans est décédée à la suite de multiples coups portés par son mari mercredi 11 novembre 2022 dans leur domicile à Berre l’étang. Elle était mère de deux enfants. Une autre est décédée à Bondy le mois dernier…tous les jours, les violences conjugales font la Une des journaux !

14% des femmes en couple disent avoir fait l’objet de violences conjugales psychologiques, physiques ou sexuelles au cours de l’année écoulée (alors qu’elles étaient 9% dans ce cas lors du confinement de 2020). Dans le détail, 11% des répondantes disent avoir fait l’objet d’insultes, d’injures et de dénigrements de la part de leur conjoint, 5% rapportent avoir subi des coups ou des violences physiques, et 4% avoir été victimes de violences sexuelles.

Ces résultats montrent que les violences conjugales concernent une part importante de femmes, phénomène confirmé par le fait que 43% des Françaises déclarent connaitre au moins une victime de violences conjugales. 17%, soit un quart des françaises, déclarent ne pas sortir seules de chez eux particulièrement le soir par peur de se faire agresser. Un comportement encore plus répandu chez les victimes de vols violents et pour ceux qui éprouvent un sentiment d’insécurité dans leur quartier.

SOURCE : BFMTV

 

Si cela est votre situation vous devez porter plainte contre ce dernier car la loi oblige tout policier à prendre en considération votre plainte .

« procédure pénale : « les officiers et agents de police judiciaire sont tenus de recevoir les plaintes déposées par les victimes d’infractions à la loi pénale, y compris lorsque ces plaintes sont déposées dans un service ou une unité de police judiciaire territorialement incompétents ». »

Pour cela il faut en parler à ses proches et prévenir la police, il ne faut pas rester dans le silence car ça risque d’empirer la situation.

Mais certaines femmes ne sont pas non plus à l’aise pour en parler à la police : nombreuses sont celles qui se sont vues décrédibilisées et renvoyées chez elles car on ne les prend au sérieux.

TÉMOIGNAGES :

« Je passe les détails mais, d’abord on me « met en confiance », on me fait déballer pendant 1 heure pour m’interrompre sous prétexte de « pause ». On me rappelle pour m’apprendre qu’en fait on ne prendra pas ma plainte parce-que « je n’avais qu’à plus dire non » »

« Y a 3-4 ans je vais au commissariat de Lille pour signaler que mon voisin bat sa femme. On me répond avec des rires gras « vous savez pas, peut-être qu’elle l’a mérité ». Je ne sais pas ce qu’elle est devenue. »

Source : Twitter

pas toujours facile de porter plainte!

Si vous êtes témoin de cette situation vous pouvez :

-La pousser et l’aider à aller témoigner

-En parler à d’autres personnes pour être plusieurs à régler le problème. Aujourd’hui beaucoup d’artistes, d’influenceurs en parlent à travers les paroles de leurs musiques comme: Biglo et Oli ( Dommage), Imen Es ( Première fois ) et Orelsan ( Tout va bien )

-Sensibiliser les jeunes élèves dans les établissements dès le plus jeune âge collège et primaire… Il faut leurs faire comprendre que ce sont des actes très graves condamnables par la loi et que cela n’arrive pas qu’aux autres un de leurs proches pourraient en être victime.

 

Quels sont les peines possibles pour ceux qui commettent des violences conjugales ?

Si les violences conjugales sont fréquentes, elles peuvent être qualifiées de violences habituelles. La peine maximale est alors de: 5 ans de prison et 75 000 €d’amende, en cas d’ITT inférieure ou égale à 8 jours, 10 ans de prison et 150 000 d’amende en cas d’ITT supérieure à 8 jours.

Grâce à toutes ces informations vous pouvez changer le monde juste en faisant une action. Cela nous concerne tous y compris les plus jeunes. Ces femmes ont besoin d’aide.

AIDEZ LES

ST ; ME ; ET ; LC