Test

CENSURE : UN MOUVEMENT QUI INQUIETE AUX ETATS-UNIS (article écrit)

Comme on peut le voir sur ce graphique, la censure aux États-Unis ne cesse d’augmenter depuis 2020 ce qui correspond aussi aux élections de Joe Biden. Comment, pourquoi et est-ce qu’une meilleure solution s’impose ? C’est ce dont nous traiterons dans cet article.

«  Si on avait une société où on n’avait pas de livre, pas d’écrivain, et toute cette pluralité d’écrits, on n’aurait pas de témoignage, on n’aurait pas de quoi réfléchir, et une société sans humanité, sans transmission, c’est une société qui est vouée à l’échec. » Nathalie Lemoine, enseignante au collège Roland Garros

Parmi ces ouvrages censurés on retrouve « Le bleu ne va pas à tous les garçons » de George M. Johnson, « 1984 » de George Orwell, plusieurs romans de Roald Dahl ou bien encore « L’Œil le plus bleu » de Toni Morrison. On trouve aussi un certain nombre de bandes dessinées, comme « Maus » d’Art Spiegelman, « Watchmen » d’Alan Moore et Dave Gibbonse et « Batman : White Knight » de Sean Murphy et Matt Hollingsworth.

Ce sont les parents d’élèves, des groupe de pression ou des représentants politiques qui demandent la censure d’ouvrages provenant de bibliothèques publiques ou scolaires. On rencontre alors plusieurs censures différentes : une censure qui empêcherait certaines causes de s’exprimer (D’après un bilan de l’ALA de 2022, la majorité des œuvres censurées est signée par des membres de la communauté LGBTQIA+, ou par des personnes issues de la diversité qui rendent compte de leur expériences), et une censure face aux œuvres qui ne seraient pas adaptées face à un certain âge (en effet des parents soutiendraient l’argument que certaines images serait « obscènes » ou « pornographiques ». On en vient donc a se poser une question : Où poser les limites ? est-ce que, dans le cas des États-Unis, la censure est- elle utilisée à bon escient ?

«  Nous sommes enseignants et notre métier de tous les jours c’est de choisir des supports adaptés et en adéquation avec l’âge de nos élèves. Et des textes qui leur permettent de réfléchir et de développer leur esprit critique. » Nathalie Lemoine, enseignante au collège Roland Garros

«  Limiter la culture, c’est comme les amputer d’une partie des connaissances. » Nathalie Lemoine, enseignante au collège Roland Garros

« Censurer un texte plutôt que l’expliquer ? Il me semble que ce n’est pas la bonne démarche de supprimer une partie de l’information, que c’est beaucoup plus formateur d’accompagner un texte, aussi choquant puisse-t-il paraître, de commentaires et d’explications. » Gilles Regnier, enseignant au collège Roland Garros

« Ce n’est pas une solution politique, c’est une solution humaine. » Daphné Lovera, responsable du rayon jeunessse de la bibliothèque « Fontaine du Temple » à Nice

Si on s’intéresse plus particulièrement au cas des États-Unis, on peut faire un lien entre leur nature démocratique, républicaine et leurs actions. Censurer serait alors peut-être un moyen d’étouffer une partie de l’histoire qui vaudrait plutôt la peine d’être éclairée afin de ne plus commettre les mêmes erreurs.

« Ce serait cacher une partie de l’histoire si on enlevait tous les témoignages qui nous dérangent. Et bien… nous n’aurions plus de souvenir et au bout d’un moment on oublierait, et, malheureusement quand on oublie on refait les même erreurs. » Nathalie Lemoine, enseignante au collège Roland Garros

Une démocratie républicaine et conservatrice empêcherait peut-être les concepts plus modernes et ouverts de notre société de se développer. Et ne pas donner la possibilité aux citoyens de lire, de s’instruire, de se forger un point de vue personnel ne serait-ce pas le début d’une dictature ?

« Ce n’est pas une solution politique, c’est une solution humaine. » Daphné Lovera, responsable du rayon jeunesse de la bibliothèque « Fontaine du Temple » à Nice

« Les enfants sont beaucoup moins critiques que les adultes, et sont tout à fait capables de se faire leur propre opinion » Nagi-Amelin professeur documentaliste au collège Roland Garros

Et en France, c’est comment ?

La culture est universelle. La censure qui touche un pays affecte donc le monde entier. De plus, la France n’est pas dénuée de toute censure non plus. Plusieurs livres ont déjà été censurés. Le Front National [ndlr : aujourd’hui le Rassemblement National] aurait lui aussi supprimé certains journaux de gauche de leurs médiathèques par le passé. Voici un lien qui vous redirige vers un article pour approfondir le sujet: https://www.livreshebdo.fr/article/la-ldh-reagit-la-tentative-de-censure-contre-la-bibliotheque-de-toulon

Il aura donc fallu beaucoup de temps pour créer une loi contre ce problème. En effet, le 21 décembre 2021 fut voté la loi « Robert » qui a pour but d’empêcher toute tentative de pression de la part des élus ou des citoyens.

Censurer malgré les risques sur le savoir et l’humanité est-il une bonne solution ou faut-il porter à disposition toute la culture afin de laisser aux citoyens le choix de se forger leur propre avis ?

« On crie beaucoup contre la censure – elle nous oblige souvent à avoir de l’esprit. » George Bernard Shaw

Sources :

actualitte.com

Sens critique

livreshebdo.fr

Loïca, Shams, Nina et Lea.