Sciences

La solidarité des tomates

La déconcertante découverte faite par des scientifiques d’un magazine : les tomates se parlent ! On vous explique tout.

Grappes de tomates. Source : www.freephoto.fr

Des signaux chimiques…

Une étude menée par le célèbre magazine scientifique New Scientist a partagé cette conclusion pour le moins étonnante : les tomates s’envoient des messages quand elles sont dévorées ou attaquées. Elles partageant leur position et leur plant pour que leurs semblables puissent produire des défenses biochimiques comme le péroxyde d’hydrogène (plus communément appelé « eau oxygénée »). Selon sa concentration, ce produit est mortel pour la plupart des micro-organismes et autres insectes, pouvant porter atteinte à la santé de ces fruits (oui, les tomates sont des fruits…). Mais il n’est pas dangereux pour l’homme car les tomates n’en produisent pas assez pour causer un quelconque effet qui pourrait nuire à la santé. En revanche, en grande quantité ce produit pourrait changer la donne et conduire à une sieste plus ou mois définitive…  entraînant une « mort cellulaire » et des lésions de l’ADN… Donc, conseil d’ami : ne buvez pas de péroxyde d’oxygène !

mais pas que

Les tomates reçoivent aussi de petits signaux électriques qui circulent du fruit (les tomates sont toujours des fruits ! ) jusqu’à la plante. Cette réponse électrique est due aux attaques (insectes, maladies, etc.), qu’ils soient mûrs ou pas. Cependant l’intensité de ces signaux est, quant à elle, dépendante de la maturité des fruits. Ces résultats indiquent donc que les signaux électriques pourraient peut-être être impliqués dans le processus de maturation qui pourrait, lui, être utilisé à l’avenir par les agriculteurs pour obtenir de meilleures productions de tomates et peut-être même d’autres fruits et légumes. Hum… les bonnes salades du futur… au moins le courant passera… Sans doute, aurez-vous le coup de foudre…

Ces découvertes peuvent nous laisser penser que les plantes pourraient ressentir la douleur. Seul New Scientist pourra nous le dira  à l’avenir…

Pierre-Yves Solier