Énigme 3

Rébus :

Charade :

Mon premier est un déterminant défini.

On trouve mon deuxième à partir de 20 heures.

Mon troisième est un article défini contracté.

Mon dernier déteste l’Homme

Citations :

« Quant aux vacances, un puits sans fond, qui laisse les jeunes gens en tapageurs traînards errants »

« Dans trois jours, quelqu’un va disparaître. A qui le tour ? »

« Le compte à rebours a commencé. Aujourd‘hui on frissonne, on tremblera demain. C’est comme ça depuis quatre ans. Chacun craint pour sa peau. »

 

Le Light Painting

Le light painting est une technique consistant en quelque sorte à dessiner avec la lumière. En effet, on peut réaliser de véritables chefs d’œuvres avec la lumière. Pour cela, on a besoin d’un appareil photo, d’un trépied ou d’un endroit stable pour celui-ci, une source de lumière (une lampe en général). On doit également être dans un endroit sombre et pour finir, un endroit où l’on peut bouger sans contraintes.

Ensuite, lorsque l’appareil photo est stable, on vérifie que l’on rentre dans le cadre de la photo, puis on agite la source de lumière en fonction de ce que l’on veut réaliser. La vitesse lente de l’obturateur va permettre de fixer un halo de lumière.

Rappelons également que la lumière peut-être dirigée vers l’objectif ou vers un objet ou vers une personne.

La décomposition du mouvement

ou

Chronophotographie

La Chronophotographie désigne une technique photographique qui permet de prendre une succession de photographies. Elle permet de décomposer chronologiquement les étapes d’un mouvement que ce soit humain, animal ou d’un phénomène physique.

Pour réaliser la décomposition du mouvement, nous avons choisi « la disparition », par rapport à la bande dessinée La Nuit du misanthrope, car il y a des personnes qui disparaissent. Nous nous sommes mis autour d’une personne, et nous avons tourné autour de lui pendant que le photographe utilisait le flash pour décomposer nos mouvements.

Photogramme

Il s’agit d’obtenir une photo ou une image sans avoir recours à un appareil photo ou une caméra. Pour cela, on place l’objet qu’on veut obtenir sur du papier photo et on l’expose à la lumière.

On dispose de trois bacs :

le révélateur qui fait apparaître l’image.

le bain d’arrêt : bain d’acide acétique qui neutralise instantanément la base qui se trouvait dans le révélateur et modifie donc le pH.

le fixateur : solution chimique utilisée à la fin du développement permettant de désensibiliser totalement le papier photo. Il permet ainsi par la suite d’exposer à la lumière le tirage développé.

La lumière rendra donc la zone autour de l’image noire, tandis que la zone où l’objet a été posé restera blanche ou translucide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.