Le rôle des femmes dans l’Antiquité

  • Naître femme au temps de l’antiquité

S’il est une valeur à laquelle sont étrangers les hommes de l’Antiquité,c’est bien l’égalité. L’inégalité est tolérée, elle est même nécessaire, cette inégalité se retrouve également entre les hommes et les femmes, même quand ils sont libres, citoyens ou de prestigieuse naissance. Etre femme dans le monde antique, c’est admettre que la gente masculine soit supérieure à soi.

Dès les premiers jours de sa vie, la petite fille subit l’autorité de son père. Elle doit rester sous l’autorité d’un homme : d’abord son père, puis son époux,voire son fils (si elle est veuve) etc.

La jeune fille ne choisit pas son conjoint, elle accepte l’époux que son père lui désigne (il n’y a pas de place pour les sentiments) Le futur mari rencontre le père de sa promise et lui offre,en échange de sa main,une somme d’argent, quelques biens…Puis,le mariage prononcé,il emmène chez lui son épouse.

La vie d’une femme est tracée dès sa naissance : la tache qu’on lui assigne est de procréer, d’entretenir le logis familial …

Son existence trouve essentiellement sens par le mariage ,qui intervient généralement entre 15 et 18 ans.

  • Niveau politique au temps de l’Antiquité

La femme athénienne est une éternelle mineure d’âge, qui ne possède ni droit juridique, ni de droit politique.

Les lois antiques sont plus sévères pour les femmes, ce tuteur l’accompagnait dans chaque acte juridique, il s’exprime pour elle et défendait »ses » intérêts. Le juge appelle  la femme par le nom de leur mari. Une femme appelé directement par son nom  est généralement considérée comme indigne ou ayant enfreint  délibérément les lois.

La femme de l’Antiquité mène parfois une vie difficile dans laquelle elle n’a jamais qu’un rôle de personne discrète et obéissante.

  • conclusion

L’Antiquité correspond à la période la plus misogyne et la plus répressive à l’égard des femmes. Elle est beaucoup exclue, certes il y a d’autres catégories d’exclus, esclaves, étrangers..etc. Mais toutes les femmes, quel que soit leur statut social, sont des exclus.

Julie, Lucy,  Lilou,  Hassen. 2nde 4