Interview : Mado La Niçoise rencontre les pitchouns !

Le jeudi 22 mars 2018, l’humoriste Noëlle PERNA qui interprète sur scène Mado La Niçoise, a rendu visite aux élèves du Collège niçois Antoine Risso, dans le cadre d’un moment d’échange.

L’humoriste s’est montrée interactive et dynamique avec les collégiens. Elle a commencé par se présenter en trois mots, se définissant comme étant : généreuse, joyeuse et vivace. Ses débuts ont eu lieu dans le bar de ses parents, dans le Vieux Nice : « Le bar des Oiseaux. » Elle en était la tenancière et aimait faire rire les clients, mais malgré son désir de faire de l’humour son métier, ses parents étaient plus réticents. Ils voulaient que leur fille ait un métier et un salaire sûrs. Noëlle PERNA répond à cela qu’aucun métier n’est sûr de nos jours. Elle dit qu’il n’y a pas de recette pour réussir, et que la vraie réussite est de faire ce que l’on aime. « La vraie réussite c’est d’être dans l’énergie de notre propre vie ». Suite à cela, la Niçoise, nous a longtemps parlé de notre orientation, et nous a dit qu’on devait faire ce qui nous plaît avant tout. Elle a insisté sur ces propos. D’après Noëlle PERNA, il y a beaucoup d’ « elle » dans le personnage de Mado La Niçoise. A la question : quel est votre sketch préféré ? Elle a répondu : « La fenêtre », qui lui rappelle ses débuts. En tant que bouddhiste, elle reprend la citation de Ghandi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde », et la qualifie d’être sa philosophie de vie. Elle reste fière de son parcours, car elle est partie de rien. L’accent, la forte personnalité et la générosité c’est ce que Noëlle PERNA retient des femmes niçoises. Son personnage Mado La Niçoise, est directement inspiré d’une ancienne cliente du Bar des Oiseaux, qui se prénommait vraiment Mado. Son plus grand succès est, d’après elle, son premier sketch, car les gens découvraient un nouveau personnage. Elle affirme que, afin de réaliser un sketch, il lui faut un an d’écriture et un an de travail sur scène. Elle réécrit plusieurs fois ses sketchs, jusqu’à ce qu’elle arrive à dire ce qu’elle veut, à la perfection. Pour la suite, Noëlle PERNA continuera de faire les chroniques de Mado La Niçoise sur la radio France Bleu. Elle travaille aussi sur l’écriture d’un petit livre humoristique, écrit dans la peau de Mado La Niçoise, et elle prépare un nouveau sketch.

Les journalistes avec Noëlle Perna

Pouvez vous vous présenter ? Noëlle en trois mots ça donne quoi ?

Je dirais, générosité, joie et vivacité.

Pouvezvous nous parler de vos débuts au « Bar des Oiseaux » ? Est-ce que cela a été votre tremplin ? Y retournez-vous souvent aujourd’hui ?

J’ai fait mes débuts au Bar des Oiseaux, mes premiers spectateurs étaient les clients, j’aimais faire rire les gens. Malheureusement, je ne retourne plus au Bar des Oiseaux, car je l’ai vendu.

Étiez-vous soutenue par votre famille dans votre envie de faire carrière sur scène ou votre famille était-elle plus traditionnelle ?

Mes parents n’envisageaient pas une telle carrière professionnelle pour moi. Ils auraient préféré que j’aie un métier sûr et un salaire à la fin de chaque mois. Moi je pense qu’il n’y a pas de métiers sûrs.

Comment réussir dans le milieu humoristique ?

Il n’y a pas de recette pour réussir.  Il faut faire ce que l’on aime, c’est le plus important. La vraie réussite c’est d’être dans l’énergie de notre propre vie.

Qu’est ce qui différencie Mado La Niçoise de Noëlle PERNA ?

Il n’y a pas beaucoup de différence, parce que ce personnage est fait par moi, et il y a une partie de moi en elle. Après, il est vrai que je ne me maquille ou je ne m’habille pas comme elle !

Quel est votre sketch préféré ?

Il s’agit de : « La fenêtre », car c’était mon premier sketch.

Quelle est votre philosophie de vie ?

Je suis bouddhiste, et je crois que nous sommes, nous-mêmes, les responsables de notre avenir. J’ai beaucoup d’énergie pour être à l’écoute de moi-même.  Si nous nous mettons à la bonne place, tout le monde se met à la bonne place. Il y a une phrase de Gandhi que j’aime beaucoup. Il s’agit de: « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

Comment caricaturer quelqu’un ? Sur quoi faut-il accentuer ?

Caricaturer quelqu’un, c’est exagérer les traits de la personne, déjà existants. Notamment sur la personnalité, les mimiques et la gestuelle, ou encore, sur l’accent et l’intonation.

Etes-vous fière de votre parcours ? 

Oui, je le suis.  Tout est parti de ma détermination, même s’il y a des gens qui m’ont aidée tout au long de mon parcours. C’est très important de savoir ce que l’on aime faire, pour en faire notre métier. Il suffit de trouver ce qui nous plaît et après on arrive à faire les bonnes rencontres.

Quelle image retenez- vous de la femme niçoise ?  

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ?

« D’après nous, la femme niçoise a une forte personnalité, elle est extravertie, généreuse et a un accent. » avons-nous répondu.

Eh bien, je suis tout à fait d’accord !

Le personnage de Mado la niçoise est-il inspiré de quelqu’un ?

Absolument ! Mado était une ancienne cliente du Bar des Oiseaux. En fait je ne la caricature pas, je l’imite !

Quel est le plus grand succès de votre carrière ?

Le plus grand succès de ma carrière, c’est mon premier sketch, car il m’a fait connaître à la France. Les gens ont découvert un nouveau personnage sorti de nulle part. Pour réussir, il ne faut pas miser su Paris dès le départ : il faut d’abord « gagner » sa ville, sa région, pour conquérir la capitale.

Combien de temps mettez-vous à écrire un sketch ?

Il me faut un an pour l’écriture et un an pour la mise en scène.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Mado la niçoise continuera les chroniques sur la radio France Bleu. Mado La Niçoise écrit en ce moment un petit livre humoristique « Les chroniques de Mado ». Quant à moi, je prépare mon nouveau spectacle.

M.F., L.T., I. D et W. D. 3ème2 – Collège Risso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *