2020-2021La liberté !Le Saviez-vous ?

L’histoire derrière la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905

 

La loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 a mis fin au régime concordataire de 1801 qui associait en France, l’Eglise catholique et l’Etat. Ancrée dans la tradition républicaine, l’idée d’une séparation de l’Eglise catholique et de l’Etat français est déjà prononcée par les révolutionnaires le 21 février 1795. Durant le XIXème siècle, un long processus de laïcisation de la société et de l’Etat se met en place, pour aboutir à la loi de 1905.

La toute première loi de séparation entre l’Eglise et l’Etat date de 1795. Cette loi apparaît dans la Constitution de l’an II: « Nul ne peut être empêcher d’exercer, en se conformant aux lois, le culte qu’il a choisi. Nul ne peut être forcé de contribuer aux dépenses d’un culte. La République n’en salarie ni ne subventionne aucun ».

Le contexte est bien évidemment celui de la Révolution, et plus encore d’une grande tension en France en partie due à la Constitution civile du clergé (1790), mais aussi au rôle d’une partie de l’Eglise dans la contre-révolution et son poids devenu étouffant pour la société. La France connait une période de grande violence anticléricale, la déchristianisation, qui culmine dans les années 1793-1794. La décision de 1795, censée apaiser les tensions, n’y parvient pas vraiment et la tentative de laïcisation de l’Etat prend fin en 1801, avec le Concordat signé entre Bonaparte et l’Eglise catholique.

Le 28 mars 1882 une loi est votée, la laïcité des écoles qui impose, entre autres, la neutralité de l’école publique et de l’abandon de l’éducation religieuse. 

Assia.B, Silveriany.O-T, Sofïa.M et Kilian.E

Source : Histoire pour tous et Pixabay