2020-2021

L’abstention et le vote blanc : des pratiques non favorables à la démocratie.

 

La participation électorale d’un individu est considérée comme l’un des traits les plus caractéristiques d’une démocratie qui fonctionne.

En effet, le vote est un droit à travers lequel un citoyen à la possibilité de participer aux décisions politiques de son pays. Il n’en est pas moins un devoir moral et civique malgré le fait que cette qualité de « devoir » ne s’appuie sur aucun texte légal ou règlementaire. Les inscriptions ne sont donc pas obligatoires mais l’abstention de vote n’est aucunement sanctionnée.

La démocratie est un régime politique où le pouvoir appartient au peuple qui élit ses représentants par la voie du référendum. Le droit de vote permet à tous les citoyens de s’exprimer en votant pour les candidats qui partagent leurs idées et qui tiennent un programme qui convient avec leurs attentes. Ne pas voter est en effet une solution mais cela revient à se taire, à laisser les autres choisir pour nous et le risque est de ne pas être en accord avec l’issue du vote.

Alors pourquoi autant d’individus s’abstiennent de voter ou préfèrent voter blanc ?

L’abstention est le fait de ne pas du tout participer à une élection et de se retirer en n’allant tout simplement pas voter. En France, l’abstention de vote lors de la présidentielle en 2017 s’est élevée à 22,23% ce qui est un pourcentage assez conséquent.

En prenant l’exemple de la France, plusieurs Français se sont exprimés pour justifier le fait qu’ils aient choisi de s’abstenir de voter et les raisons sont diverses : la majorité d’entre eux ne se sentent pas représentés par les candidats présents, ils n’ont aucune confiance en eux et pensent que les gens qui se proposent à les représenter ne sont pas dignes d’eux. En effet, d’après eux, la démocratie aurait pris un nouveau tournant et ils n’y croient plus du tout.

Le vote blanc : un phénomène de plus en plus courant.

Le vote blanc est le fait de ne voter pour aucun des candidats ou aucune des propositions lors d’un référendum. Il ne faut pas confondre le vote blanc, qui est un vote non valable, avec l’abstention qui est donc le fait de ne pas voter du tout.

“Aucun candidat ne me convient”, c’est l’argument des électeurs qui votent blanc. Contrairement à l’abstentionniste (celui qui ne vote pas), l’électeur qui dépose un bulletin blanc manifeste son intérêt pour l’élection mais considère que l’offre politique ne lui permet pas de faire un choix

Cependant, 1 français sur 4 se déclare prêt à voter blanc malgré le fait que, en France, les votes blanc ne soient pas pris en compte lors des suffrages. Dans une démocratie, le peuple à la chance et le droit, d’être entendu, notamment à travers le vote. Il est donc indispensable d’exercer ce droit et de ne pas laisser les autres décider pour nous en allant voter en faveur d’une cause que nous ne défendons pas.

auteurs : Laureen, Helena

Ressources : UClLouvain, Le Monde, Wikipédia.