Interview : Ca ne roule plus pour Jean-Pierre Bruni !

Ça ne roule plus pour Jean-Pierre Bruni !

Rencontre avec le cycliste, champion du monde de downhill

@F2.8photo

Qu’est ce qui vous a le plus dérangé dans votre métier avec le Covid-19 ?

JPB : L’impact du Covid dans le sport de haut niveau c’est qu’il y a eu beaucoup d’épreuves reportées ou annulées. S’il y a une épreuve de fin ou un moment ou il faut être prêt on se met une date, un objectif et donc là avec ce changement, ce bouleversement on n’arrive pas à fixer une date de préparation. On est toujours dans l’attente. On se prépare, on s’arrête, on reprend, c’est sans fin. Il y a aussi le lien social parce que le sport, même de haut niveau, ça reste un lien social. C’est aussi compliqué de ne plus côtoyer les collègues, les adversaires, qui sont des amis souvent…

Et au niveau des entraînements, y a t-il du changement ?

JPB : Au niveau des entraînements, ça ne change pas grand-chose parce qu’en général on s’entraîne seul. Mais après, les salles sont fermées donc pour faire de la musculation, il faut se débrouiller pour le faire différemment. Et pareil pour les entraînements en groupes, c’est compliqué parce qu’on n’a pas le droit ou alors il faut faire très attention.

Est-ce que vos revenus ont baissé à cause du Covid ?

JPB : L’avantage des cyclistes, c’est que le vélo en règle général a fait un bond. C’est devenu un moyen de locomotion très utilisé, donc l’industrie du cycle n’a pas baissé les revenus et les budgets pour les équipes sportives et pour les athlètes. Ça c’est parce qu’il y a eu cet effet grand public de sensibilisation. Tout le monde a voulu des vélos pour se déplacer. 

Est ce que vous pensez qu’en 2021 il va y avoir des améliorations ou vous pensez que ça va rester comme en 2020 par rapport aux compétitions ?

JPB : Je pense que l’amélioration ça va être le vaccin. En 2020, les athlètes devaient rester entre eux et ne pouvaient pas voir leur famille. Là pour 2021 ça va être un peu la même chose mais en plus il y a la vaccination qui rentre en jeu même si pour l’instant les sportifs ne sont pas concernés mais je pense que pour les grosses compétitions, le vaccin sera obligatoire. 

Et donc si les vaccins sont ouverts à tous, comptez-vous vous faire vacciner ?

JPB : J’hésite un peu mais bon après si pour voyager, si pour aller à l’étranger il faut se faire vacciner donc à se moment là oui…

C.C., I.S., O.C

4e4

Collège Jean Cocteau – Beaulieu sur Mer