Filet: Attentats en Nouvelle-Zélande

(Photo by DAVID MOIR / AFP)

QUE S’EST-IL PASSĖ ?

Vendredi 15 mars 2019, au moins 50 personnes sont mortes dans des attaques contre deux mosquées bondées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, pendant la prière du vendredi. Le principal suspect  de cet attentat contre des musulmans est un Australien, « un terroriste, extrémiste de droite et violent », comme l’a décrit le Premier ministre australien Scott Morrison.

Le terroriste a été inculpé pour meurtres.

ATTENTAT OU FUSILLADE ?

Les médias français comme BFM TV on préféré utiliser le mot « fusillade » plutôt que celui d’ « Attentat », alors qu’en Nouvelle-Zélande l’expression d’ »attentat terroriste » a clairement été employée. On peut se demander alors s’il s’agit d’un acte islamophobe.

CONSÉQUENCES DE L’ATTENTAT.

Suite à l’attentat de vendredi, il y a eu beaucoup de conséquences.

Tout d’abord, l’interdiction par le gouvernement des fusils d’assauts et des semi-automatiques en vente libre.

Par ailleurs, énormément de Néo-Zélandais se sont convertis à l’Islam et les actes de compassion et de soutien se sont multipliés. Par exemple, un gang de motards est venu devant la mosquée pour les défendre et les laisser prier en sécurité. Ils sont aussi venus faire un haka, et des fleurs ont été déposées devant la mosquée.

S.B / E.A / R.B / M.H Collège Maurice Jaubert