Les garçons ne tricotent pas (en public)

Photo personnelle de la couverture du roman, édité par Nathan

 

Bonjour à toutes et tous ! Passant le bac à la fin de cette année, il n’est pas toujours facile de trouver du temps pour mon loisir préféré : la lecture. Entre l’orientation, les vœux sur Parcoursup et le contrôle continu,… bref vous connaissez la galère. Cependant, malgré ces obstacles que rencontrent tous les lycéens, j’ai pu me consacrer à la lecture d’un roman choisi au CDI et que j’ai beaucoup apprécié.

Ainsi « Les garçons ne tricotent pas (en public) » est un très bon roman jeunesse, plein d’humour et qui met à bas les clichés sexistes.
L’ouvrage à été publié en 2014 en Angleterre puis deux ans plus tard en France par l’éditeur « Nathan ».
Son auteur, T. S Easton vit en Angleterre et a déjà publié une trentaine de livres sous différents pseudonymes : des livres sur des épidémies, des sociétés trop connectées, des pirates… Bref, rien à voir avec le tricot !

Résumé du roman :

Ben Fletcher est un lycéen qui n’a pas vraiment choisi ses amis si bien qu’il n’a pas grand chose en commun avec eux. Lui qui est plutôt un enfant sage se retrouve souvent dans des situations improbables (et illégales) à cause d’eux. Cette fois, il s’agit de voler des bouteilles d’alcool qui serviront de droit d’entrée à l’une des fêtes les plus prometteuses de l’été. Mais en fuyant à vélo après le vol, il a la malchance de renverser une dame d’un certain âge. Il est alors inscrit dans un programme de « mise à l’épreuve pour jeunes délinquants » qui l’oblige à suivre un cours de tricot. Une catastrophe si son père, ses amis ou Megan (la fille dont il est secrètement amoureux) le découvraient ! Mais Ben ne s’attendait pas le moins du monde à se découvrir une passion dévorante pour les pelotes de laine et les aiguilles. Le trouvant rapide et doué, sa prof l’inscrit à un concours national qui pourrait bien changer sa vie … remplie de problèmes qui lui semblent impossibles à démêler.

Mon opinion /mon avis :

J’ai décidé de lire ce livre parce qu’il m’a interpellé, de par son résumé et son titre tous les deux assez originaux. Le fait d’avoir mis en rose les mots de négation « ne » et « pas » dans le titre de l’ouvrage est plutôt malin de la part de l’éditeur, par contre je ne m »explique pas la présence des chiens sur la couverture, cela reste un mystère pour moi. De plus, le livre est d’autant plus intéressant à mes yeux sachant que l’auteur est un homme.

C’est un roman léger où on ne se prend pas la tête mais qui casse tout de même les clichés sur les garçons et les activités vues comme typiquement (ou exclusivement) féminines. Tout le monde est d’accord là-dessus, des activités sont perçues comme étant réservées aux filles et d’autres aux garçons. Cependant, dans ce livre, on peut voir qu’une activité manuelle vraiment censée être pour les femmes comme le tricot peut plaire pour diverses raisons à un garçon. Ce message de tolérance est là soit, mais pas omniprésent non plus dans le roman.
D’ailleurs il est intéressant de voir comment Ben évolue dans le mensonge pour cacher sa passion du tricot à son père, ses amis, et la fille qui lui plaît par peur d’être rejeté ou d’être catalogué comme étant « gay ». Puis l’assurance qu’il prend une fois que son secret est découvert.
Qui sait ? Des garçons franchiront peut être le pas après cette lecture que ce soit pour le tricot ou une autre activité.
Ce livre peut peut-être leur permettre de s’affranchir des stéréotypes genrés et de la même façon autoriser les filles à pratiquer des activités traditionnellement masculines.

Certes ce livre ne m’aura pas marqué par le style d’écriture qui est vraiment simple mais cela s’explique par le modèle de l’ouvrage. En effet ce livre est écrit par le personnage principal sous forme de journal intime car il est tenu d’en avoir un durant sa période de probation. Un exercice qu’il pratiquait déjà avant pour « essayer de mettre un peu d’ordre dans mon monde de dingues » comme il le dit lui même.
Donc l’ensemble du livre est écrit sous forme de journal intime à la première personne, Ben y raconte ces (més)aventures. Le texte contient cependant également des dialogues ce qui rend le tout plus vivant et moins raconté.

J’ai beaucoup ri en lisant ce livre car Ben, le personnage principal possède beaucoup d’humour ! On s’attache facilement à son petit monde. Comme il n’est ni plus populaire ni plus intelligent qu’un autre, il est vraiment facile de s’identifier à lui. Et même s’il a certains tocs qui font qu’on se demande parfois s’il n’est pas légèrement autiste, Ben n’en est que plus attachant.

Le roman est addictif, une fois entamée, il est très difficile d’en cesser la lecture. Dés que j’ai commencé ce livre je n’ai plus voulu le lâcher ! À tel point que j’ai fini de le lire en 2 jours ! J’ai passé un super moment en le lisant !

En conclusion :

C’est mon premier roman de cet auteur, mais il est certain que je vais surveiller la sortie de ces prochains livres.
« Les garçons ne tricotent pas (en public) » est un livre simple et léger mais faisant tout de même passer un message de tolérance par rapport aux activités sexuées. Le tout est écrit avec fraicheur et humour : on sourit ou on rit à chaque page. Très drôle et attendrissant j’ai adoré le personnage principal. Pour toutes ces raisons je vous en recommande vivement la lecture !