Gros Plan : Comment résoudre l’énigme insoluble du système éducatif

Les élèves sont de plus en plus dissipés.  Quel système éducatif pourrait mettre d’accord les élèves et les enseignants ?

Comment les jeunes, les enseignants et les surveillants imaginent-ils l’école de leur rêve ? Depuis maintenant quelques années, les jeunes sont fâchés avec l’école, le collège et le lycée car d’après les élèves interviewés, ils évoquent « les contrôles stressants, les surveillants impulsifs, les règles sévères et les journées trop longues ». Les enseignants interrogés, quant à eux, adorent leur travail et s’investissent pour aider leurs élèves. Un élément qui peut encourager les élèves  à travailler plus pour recevoir de bonnes notes en retour. Cependant, l’échange entre professeurs et élèves n’est pas suffisant pour aider  les élèves à apprécier le système scolaire.

Quelle serait l’école idéale alors ?

Selon les collégiens et les lycéens l’école de leurs rêves se situe dans des lieux paradisiaques (villes américaines), paisibles (montagne, campagne, plage) ce qui ne correspond pas toujours à leur environnement.

L’école rêvée est plutôt du style de celle que l’on voit dans les séries américaines avec beaucoup d’activités artistiques et sportives, de nombreux clubs qui permettent l’intégration des nouveaux élèves (club de science, club de sport…) et des horaires souples qui laissent aux élèves le temps de pratiquer leurs activités.

Les élèves nous ont aussi expliqué qu’ils trouvent l’actuel système d’évaluation trop stressant et répétitif. Ils le voudraient moins constant et avec des contrôles plus globaux.  Les élèves veulent aussi des cours qui apportent plus de culture générale (musique, cinéma, stylisme…). Généralement, les enseignants préfèrent le système ancien mais sont ouverts aux nouvelles technologies (tablette, téléphone…). Cependant, la bonne entente dans la classe est un point sur lequel tous les enseignants se rejoignent.

Le système éducatif idéal diffère selon les professeurs et les élèves. Pour autant, les échanges et l’intérêt pour les nouvelles technologies ou les activités scolaires, encourage à imaginer une évolution vers une école sans doute pas rêvée mais plus libre.

©Cyprien, Clem, Andrea, Gabriel. 4e
Merci  aux professeurs de français, mathématique et technologie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.