« Oriente-toi » : découverte de la spécialité SVT

Image @stocklib

« Oriente-toi », la chronique qui t’aide pour tes futurs choix !

 

         Tu souhaites devenir médecin, vétérinaire, chercheur en biologie ? Ou bien peut-être souhaites-tu intégrer une licence STAPS ? Tu as donc tout à gagner à te tourner vers des spécialités scientifiques, et notamment la spécialité SVT ! Mais certainement que tu t’interroges sur les thématiques abordées ou les méthodes de travail… Pas de panique !

Car aujourd’hui dans cette nouvelle chronique d’ « Oriente-toi », nous avons fait appel à un élève ayant choisi la spécialité SVT en première : il va donc revenir pour toi sur son expérience.

 

 

– Bonjour à toi cher élève et merci d’être notre invité du jour ! Tout d’abord, peux-tu te présenter à nous ?

         Eh bien tout d’abord bonjour ! Je m’appelle Thibault et je suis en classe de terminale 6. J’ai choisi comme spécialités le « trio scientifique », à savoir Maths, SVT et Physique-Chimie. À la fin de l’année de première, j’ai choisi d’arrêter la spécialité « Physique-Chimie ». Malgré ces options scientifiques, en grandissant j’aimerais me tourner vers des études pour devenir professeur d’histoire.

 

– Quelles thématiques voyons-nous en SVT en première ?

         En SVT, le programme est très large comme peut le suggérer la signification de l’acronyme, à savoir « Sciences et Vie de la Terre ». Par exemple, on peut passer de la géologie avec l’étude des roches à la science du vivant avec l’évolution des espèces en passant par la reproduction des plantes ou encore par la génétique.

         Quant aux axes, on a étudié en particulier les modifications génétiques en première et en terminale. Puis on a travaillé sur l’organisation des plantes ainsi que leur reproduction.

 

– Le programme de SVT de terminale est-il un approfondissement de chapitres de première ou découvrons-nous de nouveaux thèmes ?

         Les deux à la fois ! Il est vrai que nous approfondissons des choses dans le même thème mais nous n’abordons pas les mêmes principes. Pour illustrer avec un exemple: en première, nous avons vu les modifications génétiques en fonction des générations dues à la reproduction alors qu’en terminale on voit les autres procédés qui amènent à une modification génétique comme les échanges horizontaux ainsi que les adaptations au milieu. Dans les deux cas, nous restons dans le chapitre de la génétique mais nous voyons les choses sous des angles différents.

 

– Avec l’abord de ces nouvelles notions, as-tu l’impression que cette spé ouvre aussi ton esprit de citoyen et t’aide à comprendre des phénomènes de tous les jours ?

         Je ne dirai pas que cela m’aide à comprendre les phénomènes de tous les jours car le programme est très spécial, très ciblé, on aura du mal à aborder naturellement avec ses amis le sujet de la reproduction des plantes *rires*. Tu apprends des choses sur ce qui t’entoure dans la vie de tous les jours mais tu ne sauras pas forcément les appliquer dans la vie quotidienne. En somme, ça développe l’esprit mais cela ne l’ouvre pas.

 

– Comment qualifierais-tu le programme de spécialité SVT en première ? Est-il lourd ? Intéressant ? Compliqué ? Et peux-tu nous expliquer les choix faits  ?

         J’ai trouvé ça très intéressant bien que compliqué. Personnellement, je trouve la mutation des gênes géniale et captivante ! Mais il faut savoir saisir la logique de la chose, ce n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Et pourtant, dès que tu es capable de comprendre le raisonnement, cela devient facile et tu pourras vraiment comprendre le reste de la leçon.

 

– Passer de 1h30 de « Sciences et Vie de la Terre » en seconde à 4h avec la spécialité représente un approfondissement des notions comme tu l’as dit plus tôt. Cela donne-t-il aussi l’opportunité de davantage manipuler et d’élaborer soi-même des protocoles ?

          Bien évidemment cela donne la possibilité de plus manipuler et de travailler par soi-même ! Comme on a choisi la spécialité, on est censé devenir plus performant dans la matière et aussi plus autonome, les professeurs organisent beaucoup plus leurs cours de cette façon. D’ailleurs, tous les jeudis matin, j’ai 2h de TP avec mon prof de SVT où on prépare nous-mêmes un protocole. C’est-à-dire qu’on arrive, le prof nous donne une fiche de TP avec une problématique. De cela, nous devons élaborer un protocole que le professeur vérifie ensuite. Puis nous devons le mettre en pratique : nous devenons plus autonomes avec le temps, aussi parce que nous grandissons et prenons en maturité.

 

– Peux-tu nous décrire un TP que tu as été amené à réaliser en première ?

         Pour développer, le professeur nous remet d’abord une feuille avec une problématique sur un sujet par exemple « Pourquoi les plantes utilisent-elles la photosynthèse et qu’est-ce qui permet de voir qu’elles en font ? ». On va donc élaborer nous-mêmes une démarche scientifique : si elle est validée par le professeur, nous pouvons la mettre en place. Pour ce TP-là, on doit prendre des feuilles, on doit les broyer, en extraire le filtrat qui est en réalité de la chlorophylle qu’on observe ensuite avec un colorimètre puis on obtient les résultats. Enfin, il arrive parfois que le professeur ramasse les TP, et d’autres fois non.

 

– Quelle est la charge de travail extra-scolaire ? Les cours sont denses, il est impératif de revoir les différentes notions au fur et à mesure je suppose ?

         Les cours sont plutôt denses en effet, donc on attend un travail personnel plus conséquent. Il est aussi important de dire qu’il faut revoir ses connaissances pas ou mal acquises régulièrement à la maison car pendant un contrôle, nous n’allons pas te demander explicitement « Comment s’est formé ceci ? ». En fait, nous allons te donner une question large et de toi-même avec tes connaissances vues dans la leçon tu vas devoir faire le lien et éclairer la question. En classe, si tu écoutes le cours, normalement tu n’as qu’à relire les leçons chez toi pour rafraichir tes connaissances mais en soi, tu n’as pas besoin d’autant bosser que pour des maths car en SVT, tu n’as pas d’exemples ou de formules à proprement parlé à apprendre, ce seront plus des mots clés et des notions que tu auras vu en cours à restituer.

 

– Par rapport au professeur, les attentes sont-elles les mêmes qu’en seconde ?

         Non les attentes ne sont pas les mêmes parce que les professeurs attendent plus d’autonomie, de connaissances et de maîtrise personnelles. En seconde, les rares fois où on réalise des TP, le professeur accompagne chacun des élèves alors qu’en première et terminale, quand on choisit la spécialité, il ne fait plus de cas par cas et nous pousse à réfléchir par nous-mêmes ou sinon en nous aidant du manuel par exemple : cela dit, c’est la méthode de mon professeur, en aucun cas je ne généralise.

 

– Avec du recul, es-tu satisfait d’avoir choisi la spécialité SVT et pourquoi ?

         Oui, je pense que même avec le recul je suis satisfait d’avoir pris cette spécialité a contrario de mes deux autres spécialités que j’aurais bien aimé changer. J’aime beaucoup cette spécialité car j’y apprends des choses qui m’ont beaucoup intéressé comme lors des chapitres sur la géologie ou sur la science microscopique.

 

– Selon toi, pouvons-nous prendre cette spécialité sans prendre en complément la spécialité maths ou est-elle d’une grande aide pour suivre les cours de spécialité SVT ?

         Oui, selon moi la spécialité SVT peut être prise à part des autres matières de sciences car il y a très rarement des calculs et en général ils ne sont pas techniques ou très peu en tout cas. Si on a un niveau somme toute stable en seconde, on peut y arriver car on manipule beaucoup, on déduit, on comprend un document mais nous allons rarement faire des calculs.

 

– Enfin, à quel profil d’élève conseillerais-tu la spécialité SVT ?

         Je conseillerais justement la spécialité SVT aux élèves qui sont passionnés par le domaine scientifique car c’est très enrichissant. Aussi, ceux qui souhaitent davantage manipuler, faire des expériences, ceux qui envisagent des études de biologie ou de médecine.  Et si tu ne sais pas quoi choisir comme troisième enseignement de spécialité en première, c’est une matière qui permet de te cultiver. Cela étant, il faut être conscient de ce choix car, comme je l’ai dit, certaines notions sont complexes et même avec des connaissances stables il faut être averti que les attentes changent.

 

– Pour conclure, un petit mot pour la fin ?

         Oui effectivement, merci de m’en donner l’occasion ! Professeur d’histoire est ce qui m’intéresse de plus en plus malgré le fait que je n’ai pas choisi la spécialité HGGSP. J’ai fait l’erreur de prendre des enseignements de spécialités que je ne connaissais pas bien justement et j’aurais aimé choisir avec davantage de temps et de recul. Et c’est d’ailleurs pour cela que je trouve que cette chronique sera d’une grande aide pour beaucoup de jeunes qui se questionnent encore. Un dernier conseil, choisissez ce qui vous fait plaisir à vous et non pas aux autres, faites simplement ce que vous aimez. Sur ce, je vous dis au revoir et je suis ravi d’avoir pu répondre à vos questions !

 

 

Voici la fin de cette interview, première de spécialité scientifique qui plus est ! Nous espérons qu’elle vous a plu et qu’elle a pu vous aider dans ce choix qui approche à grands pas. Par ailleurs, Thibault qui a été interviewé aujourd’hui est l’auteur de la chronique la « Minute Scientifique » sur Maulnews, je vous laisse consulter ses chroniques en cliquant ici.

Merci beaucoup, et à bientôt ! 

 

Le programme de la spécialité SVT Première ici.

Le programme de la spécialité SVT Terminale ici.

Thématiques:

  1. La Terre, la vie et l’organisation du vivant
  2. Enjeux contemporains de la planète
  3. Corps humain et santé