Sciences Po… cette Institution

Du 20 janvier au 11 mars 2021, les élèves de Terminale ont formulé leurs vœux sur la plateforme Parcoursup. Ils ont eu jusqu’au 8 avril pour les confirmer et compléter leur dossier. Actuellement, des milliers de candidatures sont en train d’être examinées à la loupe.

Sciences Po est à la recherche de potentiels futurs sciencespistes. S’ils jugent certains élèves admissibles, ces derniers auront un entretien oral à distance, au cours du mois de mai et sauront si leurs révisions ont été bénéfiques à partir du 27 mai, date à compter de laquelle ils pourront savoir s’ils sont admis.

Les Instituts d’Études Politiques en France

En France, le collège universitaire de « Sciences Po Paris » se déploie sur sept campus ayant chacun leur spécialité : Paris, Le Havre, Reims, Nancy, Dijon, Poitiers et Menton.

Ensuite, il y a le « Réseau ScPo » (avec un concours d’entrée commun) qui est constitué de sept établissements se trouvant à : Aix-en-Provence, Toulouse, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg, Lille et Lyon.

Puis, viennent les deux autres Sciences Po indépendants : Bordeaux et Grenoble.

L’histoire de Sciences Po

L’Institut d’Études Politiques de la rue Saint-Guillaume, Paris 7e, l’ancienne École libre des sciences politiques, a été créé en 1872, par l’écrivain et le politologue français Émile Boutmy, né en 1835 et mort en 1906. Son nom a d’ailleurs été attribué au principal amphithéâtre de l’Institut.

Émile Boutmy, le fondateur de Sciences Po.

Il faut savoir que Sciences Po a été créé pour répondre à la crise politique et morale qui a frappé la France après la défaite du pays dans la guerre franco-allemande de 1870. Dans le but de former de nouvelles élites et de produire des savoirs modernes pour une France nouvelle, Émile Boutmy souhaite des élèves s’intéressant aux enjeux contemporains. « Le moins que l’on puisse attendre d’un être cultivé, disait-il, c’est qu’il connaisse son temps ».

L’École libre des sciences politiques (ELSP) fut fondée en opposition à la faculté de droit de Paris qui formait alors les élites des grands corps de l’État.

Au début, les hommes n’étaient pas forcément titulaires du baccalauréat contrairement aux femmes qui y étaient obligées. Ce n’est qu’en 1931 qu’ils sont soumis à cette règle eux aussi. D’ailleurs, jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres, le nombre de femmes au sein de l’Institut stagne à 10 %.

C’est en 1945 que l’École libre des sciences politiques prend l’appellation de « Sciences Po », dans le cadre d’une réforme de la fonction publique, impulsée par Charles De Gaulle, alors président du Gouvernement Provisoire de la République Française. Au moment où l’École Nationale d’Administration (ENA) est créée, l’ELSP est nationalisée pour devenir Sciences Po.

Façade de Sciences Po Paris.

Le programme de Sciences Po

Sciences Po permet d’étudier un tas de domaines :

  • les sciences humaines et sociales (droit, économie, histoire, sociologie, science politique)

  • les autres enseignements : relations internationales, finance, comptabilité, management, gestion des ressources humaines, communication, marketing, journalisme, urbanisme et environnement

De surcroît, sachez que les sciencespistes bénéficient d’une expérience éducative internationale étant donné que leur troisième année s’effectue à l’étranger.

Aussi, les enseignements sont délivrés par les meilleurs, que ce soit des universitaires de haut niveau ou des professionnels des secteurs publics et privés.

Les étudiants peuvent également avoir le privilège de rencontrer des personnalités de premier plan, telles que Kofi Annan qui s’est rendu sur place en 2011, ou encore l’actuel président du Conseil des ministres d’Italie, Mario Draghi.

Tout en développant leur sens critique et leur ouverture d’esprit, les élèves ont la possibilité de s’engager dans des projets associatifs. À Paris, on compte 130 associations, mais on peut aussi prendre l’initiative d’en créer de nouvelles.

Sciences Po offre de multiples débouchés, du fait des nombreux masters proposés. Par conséquent, ses diplômés se dirigent vers des métiers très divers et variés.

Qui a fait Sciences Po ?

De grandes personnalités politiques…

Emmanuel Macron : Président de la République depuis 2017.

Edouard Philippe : Premier Ministre de 2017 à 2020.

François Hollande : Président de la République de 2012 à 2017.

Nicole Fontaine : Présidente du Parlement Européen de 1999 à 2001.

Simone Veil : Présidente du Parlement Européen de 1979 à 1984.

Jacques Chirac : Premier Ministre de 1983 à 1988, puis Président de la République de 1995 à 2007.

Ingrid Betancourt : femme politique franco-colombienne.

Boutros Boutros Ghali : secrétaire général des Nations Unis de 1992 à 1996.

Bao Dai : Empereur du Vietnam de 1926 à 1955 et d’Annam de 1926 à 1945.

Mais aussi…

Christian Dior : créateur de mode.

Alain Duhamel : journaliste.

Léo Ferré : chanteur et auto-compositeur.

Anne Roumanoff : humoriste.

Ou encore…

Wilfried Baumgartner : ancien gouverneur de la Banque de France.

Alexandre Bompard : PDG du groupe Carrefour.

Jean-Claude Trichet : ancien président de la Banque Centrale Européenne.

Pour finir avec…

Jeannie de Clarens : une héroïne de « l’armée des ombres », espionne ayant offert aux Alliés un des renseignements des plus précieux de la Seconde Guerre Mondiale.

Ne vous inquiétez pas. Si vous ne parvenez pas à intégrer Sciences Po l’année prochaine, vous aurez toutes vos chances d’y accéder en tentant le concours du Réseau ScPo de l’année 2022 ou bien en envoyant votre candidature pour votre Master, afin de, pourquoi pas, faire figurer votre nom parmi ces grands personnages !

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur : www.sciencespo.fr

Moon